3t-network.net
Image default
Sante et Beaute

Médicaments contre la polyarthrite rhumatoïde : causes, symptômes et traitement

La plupart des personnes souffrant de polyarthrite rhumatoïde (PR) prennent une combinaison de médicaments à la fois pour contrôler les symptômes et pour ralentir ou arrêter l’endommagement des articulations. De nombreux médicaments contre la PR risquent de produire des effets secondaires graves, et certains affectent le fonctionnement du système immunitaire, ce qui accroît le risque d’infection pour les personnes qui en prennent. Pour cette raison, votre rhumatologue vous suivra de près par le biais d’examens et de prises de sang pendant que vous prendrez ces médicaments.

Médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)

Les AINS sont une grande catégorie de médicaments qui réduisent à la fois les douleurs et l’inflammation. De nombreux AINS à faible dose sont en vente libre, mais ils nécessitent une ordonnance à des doses plus élevées. Les AINS peuvent causer des effets secondaires gastrointestinaux, comme de la nausée, de la diarrhée et des ulcères de l’estomac, et dans de rares cas ils peuvent également causer des lésions rénales ou hépatiques. AINS utilisés fréquemment pour la PR :

  • aspirine
  • célécoxib (Celebrex)
  • ibuprofène (Advil, Motrin)
  • kétoprofène (Orudis, Oruvail)
  • naproxène (Aleve)

Corticostéroïdes

Les corticostéroïdes sont très efficaces pour réduire l’inflammation. Malheureusement, quand ils sont utilisés pendant des périodes prolongées, ils causent des effets secondaires graves, y compris le diabète, l’ostéoporose, l’élévation de la tension artérielle, des cataractes et un risque d’infection accru. Pour cette raison, ils sont généralement utilisés pendant de brèves périodes, pour combattre des flambées, si les symptômes ne répondent pas aux AINS ou à d’autres médicaments, ou pour réduire les symptômes quand le patient commence à prendre un médicament d’un type différent. Corticostéroïdes utilisés pour la PR :

  • dexaméthasone
  • méthylprednisolone (Medrol, Depo-Medrol)
  • prednisolone
  • prednisone
  • triamcinolone (Aristospan)

ARMM (Agents anti-rhumatismaux modificateurs de la maladie)

Les ARMM sont les médicaments les plus couramment utilisés pour traiter la polyarthrite rhumatoïde. Si vous êtes diagnostiqué, il est vraisemblable qu’on vous prescrira immédiatement un ARMM. À la différence des AINS et des stéroïdes – qui ne soulagent que les symptômes – les ARMM peuvent réellement ralentir la progression de la PR et empêcher les lésions des articulations. Comme les ARMM peuvent prendre longtemps avant de commencer à produire des effets – de quelques semaines à plusieurs mois – ils sont souvent prescrits en plus d’AINS ou de corticostéroïdes afin de réduire les symptômes jusqu’à ce qu’ils commencent à produire leurs effets. Les effets secondaires varient en fonction du médicament, mais certains ARMM risquent de causer des dommages aux reins ou au foie. Si vous prenez l’un de ces médicaments, votre médecin vous suivra de près pour s’assurer que ces organes ne sont pas affectés. Les ARMM peuvent être prescrits seuls ou en combinaison, et cette catégorie comprend des médicaments variés :

  • auranofine (Ridaura)
  • azathioprine (Imuran, Azasan)
  • chlorambucil (Leukeran)
  • cyclosporine (Neoral, Sandimmune, Gengraf)
  • cyclophosphamide (Cytoxan)
  • aurothiomalate de sodium (Myochrisine, Aurolate)
  • hydroxychloroquine (Plaquenil)
  • leflunomide (Arava)
  • méthotrexate (Rhuematrex, Trexall, Folex)
  • minocycline (Dynacin, Minocin, Vectrin)
  • sulfasalazine (Azulfidine)

Agents biologiques

L’inflammation dans le corps est un processus complexe du système immunitaire qui comprend de nombreuses étapes chimiques. Les agents biologiques interrompent ce processus à divers points, réduisant ainsi l’inflammation et ralentissant ou arrêtant la progression de la PR. Les agents biologiques sont le plus souvent prescrits avec un ARMM (habituellement du méthotrexate) pour les rendre plus efficaces. Agents biologiques utilisés pour la PR :

  • abatacept (Orencia)
  • adalimumab (Humira)
  • anakinra (Kineret)
  • certolizumab (Cimzia)
  • etanercept (Enbrel)
  • golimumab (Simponi)
  • infliximab (Remicade)
  • rituximab (Rituxan)

Related posts

Tabagisme : éviter la rechute : causes, symptômes et traitement

Irene

Prévention de l’eczéma : causes, symptômes et traitement

Irene

Tests de diagnostic de la dermite (ou dermatite) de contact : causes, symptômes et traitement

Irene