3t-network.net
Image default
Sante et Beaute

Étude d’électrophysiologie intracardiaque : causes, symptômes et traitement

Il s’agit d’une intervention minimalement invasive qui aide un cardiologue à diagnostiquer des troubles du rythme cardiaque (arythmies).

Pendant l’étude, le médecin enfile des cathéters (des tiges longues et minces) à l’intérieur du cœur du patient. Ensuite, il provoque une arythmie au moyen d’un signal électrique ou d’un médicament spécial. Simultanément, les cathéters enregistrent les signaux électriques du cœur pour déterminer :

  • le type d’arythmie présente
  • son lieu d’origine
  • les meilleures options de traitement

L’étude d’électrophysiologie intracardiaque s’appelle communément une étude électrophysiologique, ou EEP.

Utilisation

Les arythmies sont parfois difficiles à diagnostiquer, car elles ne se manifestent pas à volonté. Un test standard non invasif comme l’électrocardiogramme (ECG) ne détectera une arythmie que si elle se produit pendant le test. Même des appareils ECG spécialisés ou des moniteurs Holter, qui se portent pendant une période assez longue, ne sont pas toujours capables de capturer les informations dont le médecin a besoin.

Dans ce cas, l’EEP constitue la prochaine étape. L’un des objectifs de cette procédure étant de provoquer une arythmie, le médecin pourra localiser le problème avec précision et choisir la bonne méthode de traitement. Traitements possibles :

  • certains médicaments
  • ablation cardiaque, qui consiste à appliquer l’énergie de radiofréquences pour traiter la source des rythmes cardiaques anormaux
  • utilisation de dispositifs implantables, comme un stimulateur cardiaque, pour contrôler les rythmes du cœur

Préparation

Pour vous aider à vous préparer à l’intervention, le médecin pourra prescrire des analyses de sang, un électrocardiogramme et une radiographie thoracique. Si vous prenez des médicaments, mentionnez-les à votre médecin, qui vous indiquera alors s’il veut que vous cessiez de les prendre pendant une courte période avant l’EEP.

De plus, vous ne devrez ni boire, ni manger après minuit la veille de l’examen.

Interventions

Le test est réalisé dans un laboratoire d’électrophysiologie. Un électrophysiologiste (cardiologue spécialisé dans les problèmes de rythme cardiaque) administrera le test.

Vous recevrez une anesthésie locale et un médicament qui vous fera somnoler. Pendant l’examen, il est possible que vous ressentiez une certaine gêne, mais si vous ressentez de la douleur, prévenez le médecin.

Pendant l’examen, l’électrophysiologiste (EP) insère des cathéters dans un vaisseau sanguin de votre aine ou de votre cou. Un fluoroscope (générateur de rayons X fournissant des images en temps réel de l’intérieur du corps) aide l’EP à guider les cathéters jusqu’à votre cœur.

Une fois les cathéters en place sur le muscle cardiaque, l’EP déclenchera une arythmie soit par signal électrique soit par médicament. Pendant cette étude, le médecin pourra déplacer les cathéters pour tester d’autres régions du muscle cardiaque. De plus, il pourra administrer d’autres médicaments ou signaux électriques afin de tester leur capacité d’arrêter ou de contrôler l’arythmie.

Le médecin pourra aussi vous demander ce que vous ressentez pendant le test.

Cette intervention dure généralement entre une et deux heures. En fonction des résultats de l’EEP, le médecin pourra recommander un traitement adapté.

Risques

Pendant le test, le médecin stimule le cœur pour provoquer un rythme cardiaque anormal. Bien que l’idée puisse sembler être risquée, l’étude électrophysiologique est en fait très sûre, et les complications sont rares. Une équipe médicale complète est présente pendant toute l’étude. Ces spécialistes sont formés particulièrement pour aider le médecin en cas de besoin.

Souvenez-vous de prévenir le médecin si vous ressentez de la douleur ou des symptômes inhabituels pendant ou après l’étude, notamment :

  • perte de sensibilité ou picotements dans les bras ou les jambes
  • saignements
  • douleurs thoraciques
  • frissons
  • fièvre

Résultats

Vous devrez rester allongé(e) pendant quatre à six heures après l’intervention. Cela réduit le risque de saignement sur le site d’insertion du cathéter. Après cela, un bandage sera appliqué sur le site.

Vous pourrez reprendre vos activités normales 24 heures après l’intervention. La présence de contusions et de tuméfaction sur le site d’insertion est fréquente, mais elle ne devrait pas durer plus d’un mois. Contactez le médecin si vous observez des signes d’infection, notamment une sensibilité ou douleur accrue sur le site d’insertion.

Quand il recevra les résultats de l’EEP, le médecin vous contactera pour en discuter.

Related posts

Analyse du cholestérol HDL (lipoprotéines de haute densité) : causes, symptômes et traitement

Irene

Causes du rhume des foins : causes, symptômes et traitement

Irene

Diagnostic du cancer du poumon : causes, symptômes et traitement

Irene